Fonctionnement des cours d’eau

1.     Définition

Un  cours d’eau se définit par un écoulement terrestre d’eau entre une source et une embouchure.

On peut distinguer trois types principaux de cours d’eau :

  • Le ruisseau : petit cours d’eau, de faible largeur et longueur, alimenté par des sources naturelles. On le différencie des rivières par leur taille.
  • La rivière : cours d’eau moyennement important, alimenté en eau par d’autres cours d’eau (affluents) et confluant avec un cours d’eau de plus grande importance.
  • Le fleuve : cours d’eau important, possédant un débit élevé et une longueur importante. Il est alimenté par d’autres cours d’eau mais se distingue des rivières par sa confluence avec la mer.

 

2.     Bassin Versant

Le bassin versant est un territoire géographique bien défini : il correspond à l’ensemble de la surface recevant les eaux qui circulent naturellement vers un même cours d’eau ou vers une même nappe d’eau souterraine.

Un bassin versant se délimite par des lignes de partage des eaux entre les différents bassins. Ces lignes sont des frontières naturelles dessinées par le relief : elles correspondent aux lignes de crête. Les gouttes de pluie tombant d’un côté ou de l’autre de cette ligne de partage des eaux alimenteront deux bassins versants situés côtes à côtes. A l’image des poupées gigognes, le bassin versant d’un fleuve est composé par l’assemblage des sous-bassins versants de ses affluents.

Le bassin versant est constitué d’une rivière principale, qui prend sa source le plus souvent sur les hauteurs en amont, au niveau de ce qu’on appelle la « tête de bassin ». Cette rivière s’écoule dans le fond de la vallée pour rejoindre la mer ou se jeter dans un fleuve, en aval, à l’exutoire du bassin versant.

Bassin versant

 

3.     Lit mineur / Lit majeur

Le lit d’un cours d’eau correspond, habituellement, à la partie de la vallée dans laquelle s’écoule un cours d’eau. On distingue le lit mineur, limité par les berges, du lit majeur, occupé temporairement lors des crues.

 

 
Lit mineur/lit majeur
 

 

Après un épisode de crue remarquable, l’homme mesure l’ampleur des dégâts que le passage des eaux a provoqué. On peut souvent entendre le même discours sur l’impuissance des hommes face aux forces de la nature et quelques semaines plus tard, nous reconstruisons ou réparons les ouvrages détruits, les berges érodées, les routes arrachée, jusqu’à la fois prochaine.

La question simple de l’espace de liberté d’un cours d’eau n’est jamais posée. L’idée que l’homme puisse contraindre une rivière prévaut toujours sur celle qui voudrait qu’on lui concède l’espace sur lequel elle s’étale, déplace ses sédiments, modifie son tracé, déborde, etc. et surtout, que l’homme s’y adapte, particulièrement, quand il y bâtit des ouvrages, des entreprises ou des habitations.

 

4.     Ripisylve

La ripisylve est l’ensemble des formations boisées (arbres, arbustes, buissons) qui se trouvent aux abords d’un cours d’eau. L’absence de ripisylve favorise l’érosion et le déplacement du cours d’eau.

 

L’entretien des berges des rivières passe par la gestion de la ripisylve, avec des actions telles que :

  • la plantation d’arbres (saules, aulnes, frênes, noisetiers, aubépines…). Les bouleaux et peupliers ne sont pas adaptés car leurs racines sont trop superficielles ;
  • l’entretien de la végétation existante (coupes d’arbres…), tout en veillant à une diversité des essences d’arbres présentes ;
  • la lutte contre les espèces invasives comme la renouée du Japon.

 

La ripisylve présente de nombreux intérêts pour l’écologie du cours d’eau :

  1. Lutte contre l’érosion : l’enracinement des arbres favorise le maintien des berges. Certains arbres, comme le saule ou l’aulne, sont plus adaptés que d’autres car ils ont un enracinement profond. Lors des crues, les végétaux protègent les berges.
  2. Filtre les polluants : les engrais, les pesticides, peuvent être fixés par les plantes et les micro-organismes du sol, ce qui limite leur concentration dans les cours d’eau.
  3. Ombrage : la ripisylve apporte de l’ombre et réduit donc le réchauffement, l’évaporation, l’eutrophisation et l’asphyxie du cours d’eau.
  4. Dissipe le courant : la ripisylve freine le courant lors des crues et peut donc limiter le risque d’inondation.
  5. Abri et nourriture : la ripisylve est une source de nourriture, un lieu de reproduction, de refuge et de vie pour de nombreuses espèces animales, végétales, terrestres et aquatiques (caches à poisson).
Ripisylve

 

Dans notre environnement, c’est une des zones qui est la plus riche et qui abrite le plus d’espèces. La diversité biologique y est maximale.

 

5.     Hydromorphologie

Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions
ou pour nous signaler un problème de sécurité aux abords d’une rivière.